Matériel

Matériel

Tu es sûre qu’on n’a rien oublié???

Un tel périple ne s’improvise pas (enfin pas complètement 🙂 ), et le matériel emporté fait partie des points à étudier sérieusement!

Ici, vous trouverez donc quelques mots sur ce que nous allons emporter avec nous (liste non exhaustive)…

 

Le matériel vélo

Bien évidemment, le premier matériel dont nous avons besoin pour envisager ce voyage, c’est le vélo. Comme on l’a déjà expliqué ici et , le choix du voyage à vélo et en tandem a été validé rapidement avec ce modèle Pino Hase Allround (ici la fiche technique détaillée du fabriquant) :

image (c’est pas le notre…)

En quelques lignes, voici les principales caractéristiques et options choisies :

Comme nous allons devoir grimper des cols, il faut prévoir des petits développements (le développement est la distance parcourue par le vélo en un tour de pédalier) : quelques dents de moins sur le petit plateau (24 au lieu de 28 d’origine) vont nous permettre de faire moins d’effort pour faire avancer la machine, mais on ira beaucoup moins vite ! Pour le reste, c’est du classique (38 et 48 dents), afin de profiter des pentes ou des longues lignes droites pour avancer à un bon rythme. Pour les fanas des braquets, un petit calculateur sympathique!

Qui dit voyage, dit bagages, et donc portage ! Le vélo sera équipé de 2 portes bagages, un à l’avant (sous le siège) et un à l’arrière. Au total, 6 sacoches+ un gros sac en travers à l’arrière, ce qui nous octroie environ 150L : ça devrait être à l’aise (on vise 125L en optimisant). Bien sûr, critère impératif : l’étanchéité ! Même si on espère ne pas trop rouler sous la pluie, impossible d’éviter toutes les gouttes et impensable de se retrouver avec des affaires humides ou pire… J

Le chargement atteindra donc un certain poids (pas loin de 200kgs avec les cyclistes), il faut donc une bonne béquille à l’arrêt (option spéciale à ajouter au vélo) et de bons freins ! Nous avons opté pour des freins à disque à câble (avid BB7) et non pour les freins à disque hydrauliques de série : moins puissants, les freins à câble ont l’avantage d’un entretien plus facile si problème en route… et restent tout de même efficaces (on validera ou non lors de notre première grosse descente !).

Enfin, il est important d’avoir de bons pneus (schwalbe marathon ou marathon plus) ainsi que plusieurs pièces de rechange (freins, pneus, chambres à air, rayons…) et de bons outils !

Le matériel camping

Nous prévoyons de dormir au maximum dans la nature, ou bien quand l’occasion se présentera, chez l’habitant. Une tente est donc indispensable et comme nous campons déjà régulièrement, nous avons déjà un chouette modèle de chez MSR : la Elixir. Extrêmement simple et rapide à monter, elle est plutôt spacieuse et possède 2 absides. Elle n’est pas ultra light mais 2,5 kg c’est déjà pas mal !

tente ouessant (celle-ci par contre c’est bien la notre, lors d’une rando à Ouessant!)

En revanche, nous allons devoir nous rééquiper en matelas et duvets car les nôtres sont trop vieux ou pas adaptés. En effet, il est fort probable que nous passions quelques nuits bien fraîches dans les Andes (-10°C, « mais non, ca pique pas! »), aussi, nous allons nous équiper en duvet de plumes (Valandré Swing 900 par exemple) et de bons matelas autogonflants (comme Laëtitia 😉 ) de chez Themarest (Prolite ou prolite plus).

Concernant la popote, nous sommes déjà pas mal équipés mais nous comptons réinvestir dans un réchaud multi carburant (Primus) et une belle casserole Sea to Summit Xpot !

Et puis Soeurette noël et son Lutin de copain nous ont bien gâtés avec des bols rétractables!

image (la classe, non?)

Les vêtements

Pas question de partir à l’aventure sans de bons vêtements, adaptés à toutes situations !

  • Aux pieds, de bonnes chaussures type rando ou trail, suffisamment légères pour marcher quand on ne fera pas de vélo et avec membrane goretex pour l’imperméabilité et le séchage rapide. Une paire plus classique pour la rechange ou le soir pour reposer les petits pieds !
  • En bas, un pantalon suffisamment confortable, léger, qui sèche vite et qui si possible se transforme en bermudas en cas de chaleur. On devrait trouver notre bonheur chez Vaude… En dessous, si temps trop froid (hein Laetitia 😉 ) un collant icebreaker en mérinos (merci aussi lutins de noël)!
  • En cas de pluie, même si on espère ne pas en rencontrer trop souvent, il sera utile d’emporter un pantalon imperméable et même des sur-chausses.

Pour le haut, 4 couches :

  • Un sous vêtement mérinos, pour protéger du froid et qui ne sent pas trop mauvais après plusieurs jours (contrairement au synthétique).
  • Puis une micro polaire comme protection supplémentaire.
  • Une doudoune pour les temps vraiment pas cléments ou le soir au bivouac. Elle se doit d’être bien chaude mais bien compressible car on espère la laisser le plus possible au fond du sac !
  • Et une 4ème couche imperméable, coupe-vent, hyper importante ! Sur celle-ci, on ne lésinera pas sur la qualité, et tout comme beaucoup de matériel, ce sera un investissement à long terme car nous comptons bien nous en resservir!

Je vous épargne les chaussettes et caleçons, mais ça ne se choisit pas à la légère non plus! Et puis quelques accessoires comme gants, bonnets… ou maillots de bain?! 🙂

Le matériel électronique

Bien que nous ne souhaitions pas nous encombrer de trop de matériel superflu et que le voyage est aussi l’occasion de se couper (un peu) des technologies qui nous entourent, il faut bien admettre que celles-ci peuvent faciliter le périple et nous permettre d’en garder de merveilleux souvenirs…

  • Pour immortaliser notre voyage, Laetitia a donc investi dans un nouvel appareil photo, le nikon D5500. De quoi prendre de bien jolis clichés.

image (oui, non, ce n’est pas un joli cliché mais une image de l’appareil en question. Laëtitia n’a pas encore testé son nouveau joujou et elle ne veut pas que je vous parle de l’ancien… hi hi)

  • Important également, un PC pour se connecter à internet (donner des nouvelles, rédiger le blog, trouver des adresses…aller sur Facebook…). Il sera nécessaire de faire un petit investissement pour nous, car nos PC sont trop lourds (pas loin de 3kgs! :-0) pour ce genre de voyage ! Et bien vieux… Pour l’instant, on s’oriente vers un netbook très léger, le ASUS X205T (non, pas GTi…), pas très cher mais qui conviendra à notre utilisation et qu’on aura moins peur d’abîmer qu’un PC de la marque à la pomme ! 😉
  • Mais des pommes, on en a, alors on en emmène quand même. Autant en profiter. Une en tant que téléphone (en cas d’urgence) et sur laquelle on installera un GPS qui fonctionne non connecté (OSMAND), une autre en tant que tablette pour lire, surfer sur le net si besoin…
  • Pour recharger tout ça, la dynamo du vélo sera équipée d’un chargeur USB. On se questionne encore sur l’utilité ou non de panneaux solaires. Ce sera en dernier recours si la place le permet (on en a tenu compte dans le budget).

Ah ! Et le papa Noël nous a fait un cadeau imprévu, une petite caméra embarquée pour filmer nos folles descentes… 🙂

Voilà pour l’essentiel du matériel prévu. Bien sûr la liste est loin d’être exhaustive car il y a bien d’autres choses à emmener* (Laëtitia, une fille, est incluse dans le voyage, donc… ). Mais la liste est un peu longue et pas forcément intéressante pour celui qui lit cette page et qui veut aller au bout sans dormir. Mais bien évidemment, nous restons ouverts à toute question sur le matériel embarqué pour les plus curieux, ou ceux qui veulent se rassurer sur le fait que non, on n’oublie rien !

*Passeports, trousse à pharmacie, produits d’hygiène, sombrero et bilboquet…