Embarquement « immédiat » pour l’aventure!

Ca y est ! Le voici enfin, notre premier article depuis le début du voyage ! C’est du petit camping Los 2 pinos, à El Calafate en Patagonie, que nous écrivons ces lignes.

Tout commence avant le décollage, le samedi 2 Avril (on avait pourtant fait attention de pas partir le jour des poissons, histoire de ne pas faire plouf!) à CDG. Nous sommes bien accompagnés, il faut une voiture pour transporter le paquetage, une autre pour les accompagnateurs (Pap, Mam, Tsumamie, Isabelle et Florian!). Arrivés très en avance à l’aéroport (nous avions pris de grosses précautions pour éviter le stress du retard ou quelconque événement perturbateur sur la route), bien nous en a pris ! En effet, au moment de l’enregistrement, le personnel de la British ne veut pas nous faire embarquer car nous n’avons pas la preuve que nous restons moins de 3 mois en Argentine… (le risque est clairement de se faire refouler du territoire argentin à notre arrivée, avouez que ce serait ballot!). On pensait avoir tout verrouillé (surtout ces histoires de visas), et plutôt être embêtés aux éventuels passages de douanes terrestres, mais pas dès l’embarquement ! Ou éventuellement sur le poids du vélo, des trucs comme ça.

Petit moment de stress et de confusion, il s’agit de trouver un billet de bus ou autre, pour prouver qu’on ne sera plus en Argentine le 1er juillet. Et ce n’est pas si facile que cela, malgré toutes les technologies embarquées. Accès au wifi pas terrible, sites en espagnol pas toujours faciles sur le téléphone, bus horriblement chers…bref, on ne panique pas mais on s’agace et on s’en veut d’être passés à côté. Heureusement, tout le monde est là pour nous rassurer et nous soutenir.

Finalement après 1h30 de recherches, on trouve un vol en Bolivie, qu’on n’utilisera pas (qu’on espère même se faire rembourser), mais au moins on est tranquille pour les 5 mois à venir. On retourne donc au guichet avec le précieux sésame, peu avant la clôture (un comble alors qu’on avait plus d’1h d’avance…) ! Le gentil monsieur du guichet ne prendra même pas le temps de vérifier cette preuve (!!!) et passe aux bagages. Et là, bim ! Il faut payer un supplément, 3 bagages au lieu de 2, bien qu’on ait envoyé tous les éléments nécessaires au préalable et qu’on ait eu la confirmation téléphonique que c’était ok… On fait un peu la tronche, il y a de quoi. Mais ça ne dure pas longtemps, le gars super cool au final nous laisse passer, comprenant bien que ca ferait trop pour aujourd’hui ! Merci !

Ca y est, il est déjà l’heure de dire au-revoir à nos proches, et de sauter dans l’avion, bien soulagés et le coeur léger de partir enfin pour cette belle aventure qui s’annonce riche en surprises et émotions !

embarquement

La fine équipe et les accompagnateurs

Prochain article très vite sur nos 1ers jours à Buenos Aires, avec une surprise encore! 🙂

  3 comments for “Embarquement « immédiat » pour l’aventure!

  1. TiTi
    7 avril 2016 at 8 h 19 min

    Et que l’aventure commence !!!

  2. marie louise Coki
    7 avril 2016 at 17 h 48 min

    j’adore le surnom de la maman de Titia
    avec votre plume bien aiguisée votre récit est tellement bien écrit qu’on s’y croirait…
    en fait j ‘y étais aussi pour prendre la photo
    a bientôt
    maman geek

  3. jean-marc coki
    8 avril 2016 at 15 h 04 min

    Oui le surnom de Tsumamie me semble assez bien choisi et pourrait s’appliquer à d’autres…La plume est aiguisée mais clémente ou peut-être ai je mal saisi l’humour quand vous parlez du « gentil monsieur » du guichet? Mais pour finir cela s’est bien terminé et vous aura effectivement évité un transfert inutile. Maintenant il ne reste plus q’a pédaler: objectif tour de cuisse 60cm!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :