Carretera Austral, Beauté fatale!

Nous étions arrivés à Cochrane en ayant dépassé les 1000km sur le compteur du vélo (après 24 jours de voyage) et en ayant redoublé d’efforts pour venir à bout des portions de ripio et de montées.

Les 2 jours passés chez Pati, notre hôte à Cochrane, nous ont permis de nous reposer un peu, de nous réchauffer, de réviser le vélo (il faut bien qu’on s’occupe de lui aussi) et de nous préparer à « affronter » la Carretera Austral.

Une fois tout remis à neuf, nous avons donc filé vers le nord du Chili, sur la Carretera austral que nous attendions tant, mais que nous redoutions un peu avec son profil de montagne et un revêtement toujours incertain. Nos premières étapes sur le ripio en Argentine s’étaient plutôt bien passées, et nous y avions même pris un certain plaisir.

Mais sur la Carretera Austral, depuis Cochrane jusqu’à Chaitén, (soit environ 750 kms… de ripio!) c’en fut autrement: le ripio c’est pas toujours rigolo! Ceci demande une extrême vigilance permanente. Pas vraiment la possibilité d’admirer le paysage, il faut constamment surveiller la route et éviter les pièges, ou bien se concentrer sur ses efforts pour grimper les côtes, parfois écœurantes (Le combo « côte en gravier/sable+bosselettes+virage en dévers » fait passer la montée verglacée pour un petit entraînement de routine)… Et les profils de route sont très changeants (montées/descentes).

Ainsi nos étapes sur la Carretera ont été plus pénibles d’un point de vue cyclisme que notre premier mois, cependant, on gardera de très bons et beaux souvenirs malgré tout. Cela dit, on admire vraiment ceux qui l’empruntent de bout en bout (1500kms), et parfois avec des enfants! Chapeau!

Nous concernant, voici ce qu’on retiendra de ce parcours:

– la Carretera austral tient toutes ses promesses: c’est beau mais la route est difficile!! On en a bavé en réalisant de toutes petites étapes de 35/50kms extrêmement éprouvantes pour les muscles et pour les nerfs! Les dénivelés sont vraiment importants (+de 1000m sur une étape), sur un revêtement glissant et incertain :sable, pierres, sol gelé ou humide, virages en dévers…

– trouver un bivouac sur la Carretera austral est bien plus difficile que sur la route 40 par exemple; tout est clôturé aussi, mais à 1m ou 2 du bas côté, autant dire que ça laisse peu de marge! Mais nous nous sommes bien débrouillés en trouvant des planques en sous bois ou en bord de rios. Cependant, ceci restait souvent moins glamour que les vues splendides offertes lors de notre trajet en Argentine.

un pique-nique reposant à Puerto Bertrand et le lac du même nom, aux eaux bleues magnifiques. Bertrand s’amusera à fabriquer une canne à pêche maison, sans succès (mais le dernier mot n’est pas dit!). On y rencontrera aussi notre première crevaison (et unique à ce jour), vite identifiée et réparée.

IMG_3783 Puerto Bertrand!!!  Charmant lieu pour se reposer et prendre le temps…

DSC_0055DSC_0039Tout est bon dans le thon?? (en tous cas, le thon attire de la sympathie…)

DSC_0066ça mord?

DSC_0046

une belle journée passée à Puerto Rio Tranquilo (qui porte bien son nom), où nous avons pu admirer les cathédrales de marbre, formations géologiques curieuses, façonnées par le temps, la pluie et les eaux du Lago General Carrera (Plus grand lac du Chili, qui a la particularité d’être aussi argentin et de s’appeler Lago Buenos Aires de ce côté). Une balade en bateau nous fera le plus grand bien! Et on fera la connaissance d’un couple d’auto-stoppeurs anglais, avec qui nous jouerons au chassé-croisé pendant quelques jours : comme quoi le vélo permet de se déplacer plutôt bien!

DSC_0186

Puerto Rio Tranquilo!!

DSC_0395DSC_0226

Les eaux bleues et transparentes du Lago General Carrera et les formations de Marbre!!

DSC_0390DSC_0359DSC_0335DSC_0255DSC_0275DSC_0286

les parties de Carretera toutes pourries (avec même des portions en travaux avec engins de chantier et zones dangereuses parfois fermées à la circulation pour cause d’emploi de dynamite!!) que nous aurons la chance de faire parfois en auto-stop:

  • pour rejoindre Coyhaique, 200 km en pickup avec Eusebio, qui travaille à la CONAF (équivalent de l’ONF). Il nous racontera qu’il travaille beaucoup avec les écoles, les enfants issus des milieux ruraux sont effectivement assez sensibles à la nature et à l’environnement. D’ailleurs, quand on parle de développement durable au Chili, tout le monde voit ou comprend ce que c’est. Même si les pratiques sont loin d’être appliquées partout et par tout le monde!
  • pour nous sortir d’une zone de chantier difficile (sous la pluie), 15 km en camion-benne avec le tandem dans la benne (qui en a un peu souffert avec quelques coups reçus dans les secousses!!)

Et celles qui nous amuseront, telle une descente mémorable de 12kms sous la pluie!!

– Notre rencontre superbe avec Gary, à Coyhaïque. Installés sur la Plaza de Armas (chaque ville/village chilien possède cette place carrée, lieu de rencontre, fête, marché… et quasiment toujours munie d’une connexion WIFI gratuite!), à une heure un peu tardive, nous nous demandons encore où nous allons dormir. C’est là qu’il arrive avec un grand sourire, et nous propose son aide. Logé par un ami, il ne peut nous accueillir directement mais connait quelqu’un. Malheureusement, il n’arrive pas à joindre cette personne. Cependant, on a trouvé le type super sympa et on avait envie de discuter un peu plus avec lui. Alors on se donne RV le lendemain pour partager un bon moment! Un petit tour de tandem, un abrazo (accolade amicale) et des contacts à Santiago et ailleurs. On espère se revoir en France un jour, pour cet amoureux de bicyclette aussi!

DSC_0443

vue sur Coyhaïque (au loin!!)

– La route et les villages traversés offrent des points de vue sublimes et des paysages (faune et flore) très différents: des montagnes, des lacs, des rios, des forêts.. qui comblent nos yeux ; et notre ouïe est aussi dépaysée avec des bruits et cris d’oiseaux inhabituels…

IMG_3771

Rio Baker

DSC_0102

Palette de couleurs… offerte par le Lago Bertrand

IMG_3785

Lago Plomo

DSC_0143

Un vague souvenir de San Francisco…

DSC_0153

un havre de paix

IMG_3872Parc Queulat (jour de pluie)

DSC_0476Chucao (Oiseau peu farouche vu dans le Parc Queulat)

DSC_0473Lago Pedro

DSC_0450

Cascade de la Vierge

DSC_0560

Route longeant le « Fiordo Ventisquero »

DSC_0568Puyhuapi

DSC_0575

DSC_0007

C’est une maison bleue adossée à la colline…

– Les gourmandises chiliennes: le vélo ça creuse et nous sommes des gourmands! Alors quand l’occasion se présente, on goûte le plus possible à ce qui est proposé par la gastronomie sud-américaine. Parmi nos très bonnes découvertes chiliennes on notera quelques gâteaux (particulièrement les Kuchen, sorte de tarte aux fruits avec de la crème ou du flan parfois), les repas dans les petits restos rapides (Comida del paso, où l’on propose un plat unique -voire 2-, frais & cuisiné du jour… copieux, pas cher et bon), quelques « snacks » dans la rue (les completos, sorte de hotdog avec du guacamole, des salchipapas -saucisses/frites, des empanadas…),…

IMG_3859

« Kuchen » élaborés avec fruits de saison et fruits secs.

Buenos aires (49)

Empanadas (chaussons fourrés; salés ou sucrés)

IMG_3860

« Pinchangas » (plat complet!)

DSC_0405

« Kuchen »sous forme de génoise (base) et flan aux fruits (pêche, banane, pomme) et Crumble framboise

IMG_3864

Pause Café chez l’Habitant à Villa Amengual; dégustation des confitures maison de coings et de « Rosa Mosqueta »

rosa mosqueta

« Rosa Mosqueta » (fruit de l’églantier)

 Les rencontres et tranches de vies agréables et sympathiques que nous vivons (dans les auberges, dans les cafés, sur la route…) nous pousse à vouloir multiplier l’interaction avec les habitants et vivre le quotidien authentique… Bertrand a aimé (le jour de son anniversaire) offrir un tour de tandem aux enfants d’un quartier de La Junta qui ont adoré l’expérience et certains en ont redemandé… et c’est du pur bonheur!!! Le tandem attise la curiosité des gens qui viennent parfois spontanément nous poser quelques questions et nous encouragent ensuite pour la poursuite de notre voyage.

 Cette Carretera nous a fait souffrir, mais on en gardera de beaux souvenirs, et l’envie de remodeler un peu notre voyage pour plus profiter de la gastronomie et des rencontres, plutôt que de vouloir réaliser un exploit sportif chaque jour!

 

  1 comment for “Carretera Austral, Beauté fatale!

  1. 9 juin 2016 at 12 h 10 min

    Quelle joie de vous lire !!! Continuez 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :